Juliette Drouet, Lettres familiales (PURH, 2019)

Le nom de Juliette Drouet est lié à tout jamais à Victor Hugo à qui elle voua pendant 50 ans un véritable culte dont témoignent les quelque 20 000 lettres qu’elle lui écrivit. Mais l’épistolière eut d’autres destinataires, ses plus proches parents, à qui elle adressa de nombreuses lettres, réunies ici sous le titre de Lettres familiales. Celles-ci sont riches d’informations sur la vie littéraire et politique de Victor Hugo entre 1850 et 1883.

Edité par Gérard Pouchain

Presses Universitaires de Rouen et du Havre
ISBN : 979-10-240-1305-3
378 pages,  24 euros

Site de l’éditeur : http://purh.univ-rouen.fr/node/1269

Séminaire A&C : Nouvelle séance avec le Groupe Hugo manuscrits ! (18 mai 2019, Paris)

Le Groupe Hugo manuscrits, propose, à titre exceptionnel, une seconde séance conjointe avec le séminaire Autobiographie et Correspondances.

Celle-ci aura lieu le 18 mai 2019, de 10h à 13h, à l’ENS (45 rue d’Ulm) en salle des Résistants.

Elle nous donnera le plaisir d’entendre :

  • Thomas Cazentre (Conservateur des bibliothèques) : «  L’écriture journalière de Victor Hugo : l’exemple du carnet de 1872 »
  • Gérard Audinet (Conservateur général du patrimoine) : «  Ce que j’aime dans les manuscrits, c’est qu’il y a des dessins »

Les résumés et présentations sont au bas du message.

Au plaisir de vous y retrouver nombreux.

L’équipe du séminaire et du Groupe Hugo manuscrits

Groupe Hugo manuscrits

séance coorganisée par le CERILAC, Université Paris-Diderot, et l’ITEM (CNRS / ENS)

Séance du samedi 18 mai 2019 (10h-13h)

ENS, 45, rue d’Ulm, salle des Résistants (à droite en entrant, galerie du 1er étage)

_____

Thomas Cazentre

L’écriture journalière de Victor Hugo : l’exemple du carnet de 1872

Le département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France a acquis par préemption en novembre 2018 un carnet tenu quotidiennement par Victor Hugo entre juin et décembre 1872, qui n’était jusqu’ici connu que par quelques extraits, et qui vient prendre sa place dans l’importante série de carnets similaires conservés dans le fonds Hugo. Cette communication sera l’occasion de présenter ce document et, à partir de celui-ci, de s’intéresser à cette forme très particulière d’écriture journalière pratiquée par Hugo. Car si ces carnets sont des sources inestimables d’informations biographiques, ils ont jusqu’ici peu retenu l’attention comme objets matériels et textuels. Que peut-on déduire de l’examen et de la lecture de ce carnet quant à la fonction que Hugo assignait à cette écriture quotidienne, qui mêle comptabilité, agenda social, annales biographiques et historiques, anecdotes familières et notations météorologiques, choses vues et mots entendus, mise en scène de soi et confidences intimes cryptées ?

***

Thomas Cazentre

Ancien élève de l’ENS Ulm, agrégé de lettres modernes, auteur d’une thèse sur « La lecture gidienne et l’idée de littérature » soutenue en 2001 à l’Université de Paris-Sorbonne et publiée en 2003 sous le titre Gide lecteur. Conservateur des bibliothèques depuis 2008, a été de 2008 à 2017 chargé des collections de photographie du XIXe siècle au département des Estampes et de la photographie de la BnF. Depuis 2017, conservateur au département des Manuscrits de la BnF, chargé entre autres des fonds Roger Martin du Gard, Paul Morand, Victor Segalen, Roland Barthes et Victor Hugo. Dans ce dernier fonds, a notamment accompli le catalogage intégral des dessins de Hugo, préalablement à leur numérisation.

———— o ————

Gérard Audinet

Ce que j’aime dans les manuscrits, c’est qu’il y a des dessins

Victor Hugo a légué ses manuscrits à la Bibliothèque nationale. Paul Meurice a respecté cette volonté lorsqu’il a créé la Maison de Victor Hugo, n’incluant aucun manuscrit dans la collection alors même que son projet voulait « illustrer » tous les aspects de la vie et de l’œuvre du grand homme. Malgré cela, au fil du temps, le musée a réuni un fonds important de manuscrits. Si cela peut se justifier par la présence d’une bibliothèque de recherche en son sein, il n’en demeure pas moins que le manuscrit reste un objet problématique d’un point de vue muséal. Cette présence paradoxale du manuscrit dans la collection sera l’occasion de quelques réflexions autour de manuscrits dessinés – « manuscrits paradoxaux » – que l’intervention graphique rend hybrides au risque de les faire basculer dans le domaine des arts graphiques. Manière de se demander si le manuscrit ne serait pas le berceau du dessin hugolien…

***

Gérard Audinet

Conservateur général du patrimoine (Ville de Paris), directeur des Maisons de Victor Hugo, Paris / Guernesey, depuis septembre 2010. Outre la politique générale du musée, la programmation des expositions et certains commissariats, s’est particulièrement impliqué dans la valorisation des collections, la documentation des œuvres, leur étude et leur publication en ligne. Pour conduire la restauration de Hauteville House, s’est intéressé à l’esthétique du décor hugolien.