Séminaire A&C : Séance du 7 décembre (groupe Violette Leduc)

=>>>Attention : en raison des grèves, cette séance est reportée.

Nous avons le plaisir de vous annoncer le détail de la prochaine séance « Autobiographie et Correspondances » qui aura lieu le 7 décembre de 10h à 13h, à l’ENS, au 46 rue d’Ulm (en face du bâtiment historique), en salle des Conférences.

Elle sera coordonnée par Olivier Wagner, conservateur à la BNF, département des manuscrits contemporains et nous donnera le plaisir d’entendre trois interventions

Mireille Brioude : « Le grand soleil de l’absence » : plaisir solitaire et affirmation de soi dans un passage de La Folie en tête.

Les rapports entre Jean Genet et Violette Leduc furent particulièrement houleux, faits d’admiration réciproque, de ruptures éclatantes et de réconciliations soudaines. Une scène, fameuse, de La Folie en tête évoque un repas chez la narratrice qui s’est fort mal terminé. Or, à l’issue du départ brutal de Genet, la narratrice se livre au plaisir solitaire. « Ce n’est pas la première fois » dira-t-elle et, plus loin, s’adressant aux lecteurs : « n’ayez pas honte ». Plusieurs pages sont consacrées, sans aucune censure, à cet épisode rare dans la littérature de l’époque. Dans les manuscrits, l’explosion lyrique est à son comble. Nous étudierons en parallèle la construction dramatique proposée dans l’édition finale de cette scène audacieuse et, dans le cahier correspondant, l’ébauche d’une poétique libérée de toute convention et fausse pudeur.

 

Alexandre Antolin : « Isabelle c’est aussi vous », les résurgences de L’Affamée dans le manuscrit de Ravages.

Dès leur première rencontre, Simone de Beauvoir devient une figure récurrente, voire omniprésente, dans l’oeuvre leducienne. Leduc lui consacrera un roman poétique complet : L’Affamée. Une seconde personne resurgit régulièrement dans la production de l’autrice, son premier amour : Isabelle. Quand la philosophe lui demande de parler de ses trois grandes amours : Isabelle, Cécile et Marc, Violette Leduc est encore occupée avec L’Affamée, qui est en cours de parution. Très vite, on constate que l’autrice mêle les deux figures et ne s’en cache pas auprès de sa protectrice : « Je vous aime et je vous aime encore dans ce que j’écris dans mon cahier car Isabelle c’est aussi vous, vous le savez. » (lettre du 16 Juillet 1949). En consultant le manuscrit de Ravages, on observe que l’écriture diariste de L’Affamée persiste, en portant aux nues, à première vue, Isabelle. Cependant, au fil des encensements, c’est bien Simone de Beauvoir qui est à nouveau l’objet des éloges. La communication s’attachera à voir les ponts entre les deux ouvrages et de voir comment les passions pour Simone de Beauvoir et Isabelle ont pu s’entremêler.

 

Anaïs Frantz :  « Naissances de Violette Leduc. Sur les nouvelles publiées dans Pour Elle (1940-41). »

Cette intervention interrogera dans une perspective d’étude génétique de l’œuvre de Violette Leduc le statut des nouvelles parues dans le journal Pour Elle en 1940 et 1941. S’agit-il de premiers textes ou d’avant-textes appartenant à l’épitexte romanesque et autobiographique ? Peut-on y repérer des éléments propres à l’imaginaire et au style de Violette Leduc ou annonciateurs de l’œuvre au-delà du contexte politique et des contraintes éditoriales dans le cadre desquels ils ont été publiés ? Autrement dit, l’auteure « Violette Leduc » est-elle née en 1940 avec la parution des articles de Pour Elle ou en 1946 avec celle de son premier roman, L’Asphyxie ?

 

Conférence : Violette Leduc-Simone de Beauvoir, les enjeux d’une rencontre (A. Frantz, Bibliothèque Faidherbe, Paris 11, 17 octobre, 19h-21h)

Cette conférence d’Anaïs Frantz revient sur la rencontre entre les deux femmes de lettres, et propose des pistes pour introduire la lecture de « L’Affamée ». Il sera aussi question de censure et d’autocensure dans l’œuvre de Violette Leduc.

anais frantz

Violette Leduc et Simone de Beauvoir : l’événement d’une rencontre et l’écriture de L’Affamée. Nous sommes en février 1945. Violette Leduc est à un tournant de sa vie. Trafiquante en faillite, elle va troquer son cache-beurre pour une chemise cartonnée où glisser des feuillets manuscrits et devenir écrivaine. La rencontre avec Simone de Beauvoir est décisive, au plan littéraire mais aussi amoureux. Elle donne lieu à l’écriture de l’un des plus grands textes de la littérature de langue française sur la passion amoureuse que le XXe siècle ait produit : L’Affamée (1948). Cette conférence revient sur la rencontre entre les deux femmes de lettres, interroge les enjeux de cet « événement » biographique et poétique et propose certaines pistes pour introduire la lecture de L’Affamée.

Anaïs Frantz (éd.), Violette Leduc, genèse d’une œuvre censurée, Presses Sorbonne Nouvelle, 2019. L’œuvre de Violette Leduc (1907-1972) a paru mutilée. À la censure éditoriale qui affecta le roman Ravages (1955) s’ajoutèrent l’autocensure qui s’ensuivit ainsi que les interventions de Simone de Beauvoir dans le projet et l’édition de la trilogie autobiographique : La Bâtarde (1964), La Folie en tête (1970), La Chasse à l’amour (1973). L’étude des manuscrits de Violette Leduc éclaire la genèse de cette œuvre expurgée, des premiers écrits à l’édition posthume du dernier livre, tout en mettant en évidence la miraculeuse entrée en littérature de la bâtarde d’Arras à laquelle, en 1945, s’ouvrirent les portes du Café de Flore puis des éditions Gallimard. Composé de documents d’archive, de reproductions de manuscrits et de textes inédits accompagnés d’analyses littéraires produites par des spécialistes, ce volume propose de la vie et de l’œuvre de Violette Leduc une approche renouvelée.

Secrétaire de L’Association des amis de Violette Leduc, Anaïs Frantz est docteure en littérature et civilisation françaises. Sa thèse de doctorat a paru aux éditions Honoré Champion sous le titre Le Complexe d’Eve : la pudeur et la littérature. Lectures de Violette Leduc et Marguerite Duras en 2013. Elle enseigne dans les Universités américaines de Paris et travaille au sein du groupe « Violette Leduc » de l’ITEM (équipe « Autobiographie et Correspondances») sur les manuscrits de Violette Leduc.

Gratuit sur réservation à : mediatheque.violette-leduc@paris.fr

Page de la conférence ici.