Inauguration du GIS « Le sujet dans la cité » (reportée au 30 septembre 2022, campus Condorcet, 9h-13h30)

Notre amie Christine Delory-Momberger nous annonce  l’inauguration du GIS LE SUJET DANS LA CITE Sorbonne Paris Nord-Campus Condorcet qui devait initialement avoir lieu le 11 avril 2022 (9h-12h30), mais qui est reportée au 30 septembre à la Maison des Sciences de l’homme Paris-Nord (93210, Saint-Denis). Vous trouverez au bas de cette annonce une courte présentation de ce GIS, l’invitation et le programme de la matinée.

Ce GIS LE SUJET DANS LA CITE ouvre un espace renouvelé de la recherche biographique dans une attention renforcée et une interrogation critique sur le Sujet et la Cité dans ce monde incertain qui est devenu le nôtre. Nous pourrions dans ce cadre continuer à penser ensemble nos objets de recherche communs.
Dis-nous si tu peux venir pour que tu sois inscris sur la liste des participants et ce serait formidable si tu pouvais partager cette invitation à l’inauguration du GIS LSC dans ton réseau et / ou en l’envoyant à des personnes susceptibles d’être intéressées par le projet en leur demandant de t’inscrire auprès de Anne Dizerbo pour une meilleure gestion de l’événement : dizerboanne[arobase]sujetdanslacite.org 

Cette inauguration devrait être un moment de rassemblement.

Le GIS LE SUJET DANS LA CITE Sorbonne Paris Nord-Campus Condorcet est un Groupement d’Intérêt Scientifique qui réunit des universités, des laboratoires de recherche, des associations, des partenaires professionnels. Il a pour objet de renforcer et de structurer un réseau international de recherche, de pratiques et de formation autour d’une orientation commune présentant un point fort sur le plan scientifique et professionnel : le paradigme du biographique comme approche spécifique des sciences humaines et sociales visant à explorer la dimension constitutive des processus d’individuation, de subjectivation, de socialisation dans le développement et la formation des sujets et de leur pouvoir d’agir.

En mettant en relation d’interaction « le sujet » (en tant que processus et devenir de l’être individuel) et « la Cité » (au sens de la polis grecque, des formes organisées que se donnent les collectivités humaines), le GIS LE SUJET DANS LA CITE entend mettre l’accent sur la manière dont les constructions individuelles prennent effet dans des environnements historiques, culturels, sociaux, économiques, politiques, et dont les espaces collectifs sont agis, signifiés, transformés par les acteurs individuels.

Lien sur le formulaire d’inscription : https://forms.gle/2sG6ExUVCu1NPvKZA


Séminaire Autobiographie et Correspondances : séance du 11 décembre 2021 (Hélène Gestern et Janine Altounian)

Séminaire Autobiographie et Correspondances

Séance du 11 décembre 2021 (10h-13h)

ENS, 45 rue d’Ulm, Salle Beckett

Le passe sanitaire ne sera pas exigé, mais le port du masque sera obligatoire

————

Armen : une vie à écrire
Hélène Gestern

En 2020 a paru aux éditions Arléa Armen, d’Hélène Gestern. Le point de départ de ce livre était une enquête sur la vie, mal connue ou en partie oubliée, de l’écrivain et prosateur arménien Chahan Chahnour, qui devint poète français sous le nom d’Armen Lubin. Il publia ainsi quatre recueils de poèmes (dont Le Passager clandestin, en 1946) et une suite de courts textes poétiques (Transfert nocturne, 1955) aux éditions Gallimard entre 1946 et 1957. Armen, sa biographie, est un livre qui n’a jamais été conçu comme un ouvrage académique, en raison de la forte empreinte subjective qui était la sienne. Pour cette raison, il a néanmoins confronté, durant son écriture, son autrice à plusieurs problématiques.

La première était celle de l’arménien : comment dire l’autre quand on ne parle pas sa langue et que, de fait, une partie de ce qu’il vécut et écrivit est vouée à demeurer inconnue ?  La seconde question était celle de l’écriture : est-il possible, dès lors qu’on choisit de ne pas s’inscrire dans un modèle académique, d’éviter l’écueil de la fictionalisation, ou de la romantisation d’une destinée, fussent-elles l’une comme l’autre involontaires ? À quelle distance demeurer de son sujet et comment raconter une vie sans la trahir ? 

Mais la question la plus centrale, qui a terme a déterminé l’ensemble de la conception du livre, a été celle de l’affinité : pourquoi, lorsqu’on s’engage dans le récit de la vie d’un tiers, se tourne-t-on vers lui plutôt qu’un autre ? Qu’est-ce qui, dans son existence, nous arrête et nous retient au point qu’on s’y absorbe pendant plusieurs années ? Ici, la trajectoire de la vie d’un homme, détruit par l’exil et la maladie, sauvé par l’écriture, consonait avec certaines préoccupations anciennes de la vie de la narratrice, qu’elle n’avait pas souhaité interroger jusque-là. Le livre, finalement, a été construit comme un récit double, sur le mode d’un dialogue et d’une mise en échos des existences du biographié et de sa biographe : une forme de subjectivité, de partialité résolue, peut-être seule à même de racheter l’incomplétude de la démarche.

Le premier chapitre du livre
Greg Kerr sur Armen
Sur l’Arménie


Acquiescer à la vie
Janine Altounian

Janine Altounian est essayiste, germaniste, traductrice de Freud. Née en 1934 de parents rescapés du génocide arménien, elle a consacré sa vie à penser la traduction du traumatisme. Elle ainsi publié la traduction du récit de déportation de son père, publié et commenté dans « Ouvrez moi seulement les chemins d’Arménie », un génocide aux déserts de l’inconscient (Paris, Les Belles Lettres, 1990), et poursuivi une réflexion d’une forme particulièrement originale, où biographie et autobiographie sont régulièrement convoquées comme pivots d’une pensée à la fois personnelle, politique et psychanalytique. Dans L’Effacement des lieux. Autobiographie d’une analysante, héritière de survivants et traductrice de Freud (Paris, PUF, 2019), qu’elle nomme son « livre testament », Janine Altounian décrit ainsi sa pratique : « Une écriture testimoniale d’un certain type où le récit autobiographique instruit à chaque fois une ”vignette clinique” sur laquelle s’étaye la secondarisation d’une réflexion analytique ». L’expérience de vie y est immédiatement déchiffrée dans un dialogue entre l’affect et la raison, entre la brutalité des émotions et une patiente démarche de leur élucidation par la psychanalyse, par une écriture qui, si elle est bien celle de l’essai, n’en est pas moins riche d’une force poétique intrinsèque.

Nous nous entretiendrons avec Janine Altounian à propos de son approche singulière de la biographie et de l’autobiographie : quel(s) rôle(s) ont-elles joué dans son œuvre, et comment dire la vie d’un tiers (son père ?) qui a longtemps gardé le silence sur son histoire ? Comment faire face à l’intraduisible ? Ce qui nous amènera également à évoquer avec elle le rôle de la langue, de la transmission de la mémoire traumatique par le récit, et  à nous interroger sur la portée des expériences singulières et du témoignage, lorsqu’ils sont de la sorte réhistoricisés et remaniés par le travail analytique.

Sur l’ouvrage de Janine Altounian
Le site de Janine Altounian

Séminaire Autobiographie et Correspondances, saison 2021-2022 : « Ecrire la biographie »

Vous l’attendiez avec une impatience non dissimulée, le voici : le programme de la nouvelle saison du séminaire Autobiographie et correspondances, qui sera cette année consacrée à l’écriture de la biographie, avec comme d’habitude quelques incursions du côté du journal et de la correspondance.

Samedi 20 novembre 2021 – 10h-13h – Salle Beckett, 45 rue d’Ulm
Françoise Simonet-Tenant : Le Site Ecrisoi
Véronique Montémont : Biographie et contexte : éditer les mémoires politique d’Albert Beugras

Samedi 11 décembre 2021- 10h-13h – Salle Beckett, 45 rue d’Ulm
Janine Altounian, entretien autour de L’Effacement des lieux (PUF, 2019)
Hélène Gestern : La biographie subjective (autour d’Armen, Arléa, 2019)  

Samedi 15 janvier 2022 – 10h-13h00 – Salle Beckett, 45 rue d’Ulm
Laurence Santantonios : la collection « Le Dire et l’Ecrire », autour des fonds APA (avec plusieurs auteurs de la collection)

Mardi 15 février 2022, 17h-19h, Amphi Jaurès, séance commune avec le séminaire général
Jean-Marc Hovasse invite Bertrand Marchal : « Mallarmé, correspondance et genèse »

Jeudi 17 mars 2022 – 17h-19h – Salle Paul Langevin, Bâtiment Jaurès, 29 rue d’Ulm
Entretien avec Evelyne Bloch-Dano, biographe
Nicolas Malais et Sophie Pujas, présentation de Journaux intimes, raconter la vie (Gallimard/Hoëbeke, 2021)

Samedi 14 mai 2022 – 10h-13h – Salle Celan, 45 rue d’Ulm
Guy Ducrey, présentation de la correspondance de Jean Cocteau et Georges Gréciano
Bernard-Marie Garreau, Les Dimanches de Carnetin

Journée d’études « Epistolaire et biographie » (Rouen, 24 septembre 2021)

Françoise Simonet-Tenant propose une journée d’interventions, d’entretiens et une table ronde autour des liens entre l’usage des lettres et l’écriture de la biographie.

Y interviendront tour à tour José-Luis Diaz, Pierre-Jean Dufief, Geneviève Haroche-Bouzinac, Philippe de Vita. Evelyne Bloch-Dano parlera de son dernier ouvrage, L’Ame soeur, biographie de Natalie Bauer-Lechner, et l’après-midi se terminera par une table ronde : « Que fait le biographe des lettres, et à quelles fins ? » , avec Françoise Simonet-Tenant, Stéphanie Genand, Jean-Marc Hovasse, Sylvain Ledda et Florence Naugrette.

Une rencontre aura lieu à la librairie Colbert à partir de 17h15 autour d’Armen, biographie du poète Armen Lubin, d’Hélène Gestern.

L’entrée est libre et gratuite ; le passe sanitaire sera toutefois exigé pour la journée d’études et la rencontre en librairie.

Vous pouvez télécharger le programme intégral ici.


Jean-Pierre Orban, « Pierre Mertens. Le Siècle pour mémoire ».

Jean-Pierre Orban, qui était venu présenter les carnets de Pierre Mertens au séminaire, nous informe de la parution de deux ouvrages biographiques concernant cet écrivain.

« Né en 1939, Pierre Mertens est un des écrivains majeurs de la Francophonie et de la littérature française. Par l’ampleur de son œuvre couronnée de nombreux prix, dont le Médicis en 1987 pour Les Éblouissements, et plusieurs fois nobélisable, il est sans doute le plus grand écrivain belge vivant.
Mais il est avant tout un témoin de son temps. Comme observateur judiciaire international et défenseur des droits de l’Homme, il a été sur la plupart des fronts de la deuxième moitié du XXe siècle et du début du XXIe siècle : Europe de l’Est, Amérique latine, Moyen-Orient.
Pierre Mertens. Le Siècle pour mémoire raconte sa vie privée et publique et se lit comme un roman à rebondissements, depuis l’engagement de ses parents dans la Résistance jusqu’à ses procès avec la famille royale belge et avec le leader politique flamand Bart De Wever. Antisémitisme, islamisme, féminisme, rien de ce qui importe sur la scène historique européenne et mondiale n’échappe à son attention ni à sa verve.
Fondée sur sept ans de recherches, ainsi que de nombreux entretiens avec Pierre Mertens et près de quatre-vingt témoins, cette biographie entrelace constamment l’Histoire extérieure et l’histoire personnelle de l’écrivain. Le portrait sensible mais sans concession que trace Jean-Pierre Orban fait la lumière sur des épisodes étonnants de la vie de Pierre Mertens et pose des questions essentielles sur les limites éthiques de la littérature : jusqu’où peut-on aller quand on crée ? Quel impact la construction d’une œuvre et d’une vie a-t-elle sur le créateur lui-même, sur ses proches et ses personnages vivants ?
 
La version électronique
Sera également disponible le 10 octobre un livre numérique de cette biographie, plus long d’un tiers que l’ouvrage papier et intitulé Pierre Mertens et le ruban de Möbius.
Davantage centrée sur l’imbrication entre la vie et l’œuvre chez Pierre Mertens, cette version comprend des analyses littéraires approfondies de ses textes (romans, essais, opéra, fiction inachevée) et un accent génétique marqué. 
À partir de citations développées de pièces inédites (manuscrits, carnets, correspondance) et de documents nouveaux de fonds d’archives européens, ce qui est en jeu ici, c’est de comprendre comment naît et se construit un écrivain. L’image de l’anneau de Möbius, ruban à une seule face au lieu de deux dans un ruban ordinaire, aidant à se figurer le basculement incessant, sans frontière nette, entre vie et œuvre, autant qu’entre réel et fictionnel.
Cette version vise ainsi à aller plus loin encore dans la connaissance de l’œuvre de Pierre Mertens et des sujets qui lui sont liés. À ce titre, il fournit des compléments d’information sur certains épisodes ou aspects présentés dans la version imprimée : ainsi, entre autres, le procès Auschwitz à Francfort (1963-65), les rapports entre Pierre Mertens et Conrad Detrez, la correspondance avec Claude Durand, la déclaration de Caroline Lamarche sur la belgitude, l’écriture côte à côte de deux d’un couple d’écrivains ou encore le « désir de judéité » chez un intellectuel de la deuxième moitié du XXe siècle.
Cette double parution non identique constitue une autre originalité du projet biographique mené ici. « 

— o —

Quatre rencontres sont d’ores et déjà prévues autour du livre. Le 9 octobre 18h30 à la librairie Chapitre XII, Bruxelles (en dialogue avec Jacques de Decker), le 22 octobre 19h à la librairie Tropismes, Bruxelles (rencontre modérée par Benoît Peeters, éditeur de l’ouvrage), le 7 novembre à 20 h au Centre Wallonie Bruxelles à Paris (modérateur Pierre Vanderstappen), chaque fois en présence de Pierre Mertens (sous réserve). Enfin le 26 janvier à 12 h à la Librairie Quartiers latins (en dialogue avec Rony Demaeseneer). J’espère vous y retrouver pour des discussions qui devraient s’avérer passionnantes sur la création d’une oeuvre et d’une vie, et la tension entre le biographe et le biographe pour les dire chacun à sa manière.


Le Siècle pour mémoire 
Jean-Pierre Orban
 Les Impressions Nouvelles 
coll. Traverses
cahier iconographique
15,5 x 22 cm – 560 pages – 24 €
ISBN : 978-2-87449-630-1 


en librairie le 4 octobre 2018
Un epub différent de la version papier sera aussi disponible vers le 15 octobre (prix : 15,99 € – diffusion/distribution : Eden livres).
Publié avec le soutien de la Fondation des Treilles et du Labex TransferS
Sommaire et premières pages: http://www.fabula.org/actualites/jean-pierre-orbanpierre-mertens-le-siecle-pour-memoirebiographie_87154.php