Jean-Pierre Orban, « Pierre Mertens. Le Siècle pour mémoire ».

Jean-Pierre Orban, qui était venu présenter les carnets de Pierre Mertens au séminaire, nous informe de la parution de deux ouvrages biographiques concernant cet écrivain.

« Né en 1939, Pierre Mertens est un des écrivains majeurs de la Francophonie et de la littérature française. Par l’ampleur de son œuvre couronnée de nombreux prix, dont le Médicis en 1987 pour Les Éblouissements, et plusieurs fois nobélisable, il est sans doute le plus grand écrivain belge vivant.
Mais il est avant tout un témoin de son temps. Comme observateur judiciaire international et défenseur des droits de l’Homme, il a été sur la plupart des fronts de la deuxième moitié du XXe siècle et du début du XXIe siècle : Europe de l’Est, Amérique latine, Moyen-Orient.
Pierre Mertens. Le Siècle pour mémoire raconte sa vie privée et publique et se lit comme un roman à rebondissements, depuis l’engagement de ses parents dans la Résistance jusqu’à ses procès avec la famille royale belge et avec le leader politique flamand Bart De Wever. Antisémitisme, islamisme, féminisme, rien de ce qui importe sur la scène historique européenne et mondiale n’échappe à son attention ni à sa verve.
Fondée sur sept ans de recherches, ainsi que de nombreux entretiens avec Pierre Mertens et près de quatre-vingt témoins, cette biographie entrelace constamment l’Histoire extérieure et l’histoire personnelle de l’écrivain. Le portrait sensible mais sans concession que trace Jean-Pierre Orban fait la lumière sur des épisodes étonnants de la vie de Pierre Mertens et pose des questions essentielles sur les limites éthiques de la littérature : jusqu’où peut-on aller quand on crée ? Quel impact la construction d’une œuvre et d’une vie a-t-elle sur le créateur lui-même, sur ses proches et ses personnages vivants ?
 
La version électronique
Sera également disponible le 10 octobre un livre numérique de cette biographie, plus long d’un tiers que l’ouvrage papier et intitulé Pierre Mertens et le ruban de Möbius.
Davantage centrée sur l’imbrication entre la vie et l’œuvre chez Pierre Mertens, cette version comprend des analyses littéraires approfondies de ses textes (romans, essais, opéra, fiction inachevée) et un accent génétique marqué. 
À partir de citations développées de pièces inédites (manuscrits, carnets, correspondance) et de documents nouveaux de fonds d’archives européens, ce qui est en jeu ici, c’est de comprendre comment naît et se construit un écrivain. L’image de l’anneau de Möbius, ruban à une seule face au lieu de deux dans un ruban ordinaire, aidant à se figurer le basculement incessant, sans frontière nette, entre vie et œuvre, autant qu’entre réel et fictionnel.
Cette version vise ainsi à aller plus loin encore dans la connaissance de l’œuvre de Pierre Mertens et des sujets qui lui sont liés. À ce titre, il fournit des compléments d’information sur certains épisodes ou aspects présentés dans la version imprimée : ainsi, entre autres, le procès Auschwitz à Francfort (1963-65), les rapports entre Pierre Mertens et Conrad Detrez, la correspondance avec Claude Durand, la déclaration de Caroline Lamarche sur la belgitude, l’écriture côte à côte de deux d’un couple d’écrivains ou encore le « désir de judéité » chez un intellectuel de la deuxième moitié du XXe siècle.
Cette double parution non identique constitue une autre originalité du projet biographique mené ici. « 

— o —

Quatre rencontres sont d’ores et déjà prévues autour du livre. Le 9 octobre 18h30 à la librairie Chapitre XII, Bruxelles (en dialogue avec Jacques de Decker), le 22 octobre 19h à la librairie Tropismes, Bruxelles (rencontre modérée par Benoît Peeters, éditeur de l’ouvrage), le 7 novembre à 20 h au Centre Wallonie Bruxelles à Paris (modérateur Pierre Vanderstappen), chaque fois en présence de Pierre Mertens (sous réserve). Enfin le 26 janvier à 12 h à la Librairie Quartiers latins (en dialogue avec Rony Demaeseneer). J’espère vous y retrouver pour des discussions qui devraient s’avérer passionnantes sur la création d’une oeuvre et d’une vie, et la tension entre le biographe et le biographe pour les dire chacun à sa manière.


Le Siècle pour mémoire 
Jean-Pierre Orban
 Les Impressions Nouvelles 
coll. Traverses
cahier iconographique
15,5 x 22 cm – 560 pages – 24 €
ISBN : 978-2-87449-630-1 


en librairie le 4 octobre 2018
Un epub différent de la version papier sera aussi disponible vers le 15 octobre (prix : 15,99 € – diffusion/distribution : Eden livres).
Publié avec le soutien de la Fondation des Treilles et du Labex TransferS
Sommaire et premières pages: http://www.fabula.org/actualites/jean-pierre-orbanpierre-mertens-le-siecle-pour-memoirebiographie_87154.php

Libre à elles, par Laurence Santatonios (11 octobre 2018, Paris 19e)

Une rencontre aura lieu autour de l’ouvrage Libre à elles. Le Choix de ne pas être mère, de  notre amie Laurence Santantonios (Éditions du Mauconduit) le jeudi 11 octobre 2018 au café-librairie le 108, 4 impasse de Joinville, 75019 Paris.

« Libre à elles, le choix de ne pas être mère »

« Près d’une femme sur cinq en Europe n’a pas d’enfant à quarante ans ; de plus en plus souvent, il s’agit d’un choix. Paradoxalement, le désir d’enfant n’a jamais été autant affiché. Pour tenter de comprendre cette nouvelle donne anthropologique, aurence Santantonios a rencontré une quarantaine de femmes qui choisissent de ne pas être mères. À leurs témoignages, elle mêle allègrement sa propre trajectoire de vie et son expérience de la maternité. Dans ce texte vivant et documenté, ponctué d’entretiens et de textes d’écrivaines, l’auteure aborde les questions sans tabou et s’insurge contre les stéréotypes. En comparant son expérience à celle des femmes qu’elle interroge, elle place le lecteur et la lectrice au cœur même du mystère de ce choix : avoir ou ne pas avoir d’enfant.

Libre à elles, un éloge de la différence, une incitation à la liberté de penser et de se comporter. »

Réservation : 01 40 37 46 46 – Orgues82@gmail.com
(La sortie 2 du métro donne directement dans l’impasse de Joinville, à deux pas de la librairie.)

Une seconde rencontre aura lieu le vendredi 19 octobre, librairie Les Nouveautés, (Paris, 11e).

Site de l’éditeur : https://mauconduit.com/

à la Une

Séminaire 2018-2019 : le programme de la nouvelle saison

Vous l’attendiez avec impatience, le voici !

SÉMINAIRE ABC 2018-2019

PROGRAMME

Samedi 29 septembre 2018 

  • Anne Devarieux (Université de Caen), « Autour du journal de Maine de Biran »
  • Marie Dupond (Docteur en épistémologie et histoire des sciences), « De l’éditorialisation de la correspondance du géomètre Gaspard Monge (1746-1818) aux Œuvres complètes : usages des méthodes et outils de la critique génétique au service de l’enquête historique en milieu numérique »

Jeudi 11 octobre 2018 (ENS, Salle des Actes)

  • Agnès Spiquel (Université de Valenciennes), « Éditer une correspondance : plonger dans les fonds d’archives (à propos de la correspondance Albert Camus/Louis Guilloux) »
  • François de Saint-Chéron (Sorbonne Université), « Sur l’édition de la correspondance de Malraux »

Samedi 24 novembre 2018 (ENS, Salles des Actes)

  • « Journal (1943-1958) de Joanne et ses lettres à Simone de Beauvoir : présentation par un groupe de lecture de l’Association pour l’Autobiographie (Simone Aymard, Elisabeth Cépède, Claudine Krishnan, Philippe Lejeune)
  • Jean-Louis Jeannelle (Université de Rouen), Mémoires de Simone de Beauvoir
  • Marine Rouch (Université de Toulouse), Lettres de Joanneà Simone de Beauvoir

Avec la participation de Sylvie Le Bon de Beauvoir.

Jeudi 17 janvier 2019

  • Christophe Corbier (CNRS, CRAL) : « Correspondance de Maurice Emmanuel »
  • Jean-Sébastien Macke (CNRS, ITEM) : « Correspondance d’Alfred Bruneau »

Jeudi 7 février 2019

  • Marie-Odile Thirouin (Université de Lyon 2) : « André Spire et Otokar Fischer : présentation de soi et accommodation réciproque dans la correspondance de deux poètes juifs (Paris-Prague, 1922-1938) »
  • Vincent Gogibu (Université de Versailles Saint-Quentin) : « Correspondance de Remy de Gourmont »

Mardi 26 mars 2019

Séance coorganisée avec le Séminaire général de l’ITEM (Nathalie Ferrand, Franz Johansson)

  • Serge Chamchinov (artiste et éditeur) : Correspondance de Vassily Kandinsky 1900, en lien avec la revue Ligature

Samedi 23 mars

« Victor Hugo vu par deux journaux inédits « 

Séance coorganisée avec le Séminaire du groupe Hugo

  • Florence Naugrette (Rouen) : « Le journal inédit de Gertrude Tennant (Recollections of bygone times for my grandchildren, including slight reminiscences of Victor Hugo) »
  • JeanDidier Wagneur et Jean-Marc Hovasse (ITEM-Paris) : « Le journal inédit et les archives de Richard Lesclide, secrétaire de Victor Hugo »

Vendredi et samedi 24 & 25 mai 2019

Coorganisation franco-polonaise avec Pawel Rodak (Centre de civilisation polonaise, Université Paris Sorbonne)

  • Colloque « Journaux d’écrivains » (programme à venir)

Samedi 15 juin 2019

  • Élodie Bouygues (Université de Besançon) : « Journal et correspondance de Madeleine Follain »
  • Hélène Gestern (écrivain) : « Les lettres d’Armen Lubin à Madeleine Follain ».

 

Les salles seront communiquées au fur et à mesure.
Si vous souhaitez vous abonner à la liste de diffusion du séminaire, merci de contacter autobiosphere[arobase]orange.fr

Journées de l’APA (22-24 juin 2018, Ambérieu-en-Bugey)

Les Journées 2018 de l’Association pour l’Autobiographie se tiendront à Ambérieu sur le thème Les correspondances de gens ordinaires du vendredi 22 au dimanche 24 juin.

Échange de courrier suivi entre deux personnes, la correspondance est a priori confidentielle, parfois publiée lorsqu’elle concerne des personnes célèbres. Mais qui n’a jamais écrit de lettre ou envoyé de carte postale ? Et qui, aujourd’hui, ne correspond pas par courrier électronique ?
Lettres d’amour, lettres d’amis, lettres familiales , lettres de soldats, lettres de prisonniers, lettres de pays lointains, lettres à un professeur, lettres politiques. Les destinataires et les raisons d’écrire sont variés. On écrit pour l’autre dont on attend la réponse, mais on écrit aussi pour soi. Quand et à qui écrivons-nous des lettres ? Que faisons-nous de celles que nous recevons ? Avec quel instrument écrivons-nous ? Gardons-nous nos courriers ? Les relisons-nous ? Comment les classer ?

Ces questions et bien d’autres seront abordées lors de ces Journées, à travers des tables rondes, des films, des ateliers, une exposition, une invitation à déposer une lettre dans un sac postal, à répondre à un questionnaire. Ces différentes approches nous donneront l’occasion de nous informer, de réfléchir, d’échanger et… d’écrire des lettres.

Le programme complet (ne manquez pas de le consulter) est disponible ici. Vous y trouverez toutes les informations pratiques sur les intervenants, les projections, les ateliers, ainsi que sur le transport et l’hébergement.

Le bulletin d’inscription, à retourner avant le 30 avril, est disponible ici.

Table ronde de l’APA (ENS, Paris, 17 mars 2018)

Le samedi 17 mars se tiennent à Paris l’Assemblée générale 2018 et la Table-ronde de printemps de l’APA.
Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005, Salle des Actes

Le matin : 10 h à 13h : Assemblée générale de l’Association.
réservée aux adhérents.
L’Assemblée traitera des points habituels : approbation du budget 2017, budget prévisionnel 2018, rapport d’activité et d’orientation. 
Mais cette année elle discutera et adoptera également le Projet associatif 2018-2023 de l’association.
L’avant projet peut être consulté ici (les adhérents de l’APA peuvent en outre le discuter en ligne sur les pages de ce site à accès réservé aux adhérents)
Enfin l’AG procédera au renouvellement partiel du Conseil d’administration.

L’après-midi : 15h à 17h30 : Table-ronde Les femmes au travail 
ouverte à tout public, adhérents ou non, entrée libre.
Table-ronde modérée par Véronique Leroux-Hugon avec
• Alice Bséréni, sur son expérience professionnelle d’assistante sociale.
• Édith Farine et/ou Noémie Cadet sur un projet de documentaire télévisuel à partir de textes APA.
• Fanny Gallot, historienne, auteur du livre : En découdre. Comment les ouvrières ont révolutionné le travail et la société (La Découverte).
• Roseline Combroux : lectures de textes de femmes sur leur travail.
Venez nombreux.

Source : Association pour l’Autobiographie

Rencontres Marceline Desbordes-Valmore – La Lettre et la Voix (Paris, 10 février 2018)

Christine Planté nous transmet cette annonce poétique, épistolaire et musicale  : la correspondance sera l’un des fils conducteurs de cette belle présentation.

Rencontres Marceline Desbordes-Valmore – La Lettre et la Voix
Samedi 10 février 2018 – 14h30 – 17h30

Salle Ararat – 11 rue Martin Bernard, Paris 75013
Métro Place d’Italie (l. 5) ou Tolbiac (l. 7) – Entrée libre

Présentation de la Société des études Marceline Desbordes-Valmore

par Christine Planté, présidente de la SEMDV, professeure émérite de littérature français du xixe siècle (université de Lyon 2, Umr IHRIM 5317)

Lecture de textes de Marceline Desbordes-Valmore par Sabine Haudepin : lettre à Suzette Saint-Laurent ; Le billet.

Romances sur des poèmes de Marceline Desbordes-Valmore chantées par rançoise Masset (soprano) et Rémi Cassaigne (guitare) : Le Billet ; Je rêvais ; la Jalouse

Quelques activités de la SEMDV : le pôle douaisien

La bibliothèque Marceline Desbordes-Valmore de Douai, le fonds, son histoire par Pierre-Jacques Lamblin (ancien directeur, président de la SEMDV)

Expositions et acquisitions récentes à la BMDV par Jean Vilbas, conservateur chargé du fonds, secrétaire de la SEMDV

Le musée de la Chartreuse par Anne Labourdette (Conservatrice du Musée)

Présentation du portrait de Marceline Desbordes-Valmore attribué à Drolling

Romances sur des poèmes de Marceline Desbordes-Valmore : L’Alouette ; La Pensée ; La Valse et l’aumône.

Publications et projets

Le bulletin de la Semdv,  présentation des rubriques et de quelques articles par leurs auteur·e·s :

Textes rares ou inédits de Marceline Desbordes-Valmore

  • Poème sur la révolution de 1848
  • Récit de rêve de 1831

Lecture : [Un rêve, 1831] ;  L’Amie

  • Fileuse, présentée par Pierre Girod (musicologue),

Romance sur le texte

Textes critiques sur Marceline Desbordes-Valmore, lectures, réécritures…

  • Poème de Rosemonde Gérard sur M. Desbordes-Valmore (1943), présenté par Wendy Prin-Conti

Lu par Sabine Haudepin

Dossier thématique sur la correspondance

  • Éditer les lettres de Marceline Desbordes-Valmore
  • Lettres à Théophile Bra, Marie d’Agoult, Sainte-Beuve

Lecture d’extraits

Projets et sujets des publications et rencontres à venir

Édition de la correspondance ; portraits et images ; Inventaire des mises en musique ; dossier consacrés aux récits (2019) et à Marceline Desbordes-Valmore poète (2020)… 

            Lecture : Une lettre de femme

Romances : Les Cloches du soir ; Dans l’été.

« Jean Paulhan après la guerre : reconstruire la littérature » (soutenance de thèse de Camille Koskas, 21 novembre, Paris)

Camille Koskas nous fait l’amitié de nous convier à sa soutenance de thèse qui aura lieu le mardi 21 novembre, de 14h à 18h en salle des thèses, 15 rue de l’École de Médecine, Campus Cordeliers, escalier C, Rez-de-chaussée. Le jury sera composé de Didier Alexandre, Anne Simonin, Michel Murat, Jean-Louis Jeannelle et Jean-Michel Wittmann.

Voici le titre et le résumé de sa thèse, dirigée par le professeur Michel Murat :

Jean Paulhan après la guerre : reconstruire la littérature.

« L’ensemble des interventions réalisées par Paulhan dans l’après-guerre peut se lire à l’aune de ce programme : comment reconstruire une communauté littéraire menacée par les dissensions héritées de la guerre ainsi que par la politisation accrue des enjeux ? Comment redéfinir les valeurs qui permettent de la rassembler à un moment de renouvellement profond des acteurs et des institutions qui en constituaient les références, mais aussi des usages et des pratiques de lecture ? Ce sont ces questions que nous entendons examiner. Une large part de notre travail est consacrée à l’activité revuiste de Paulhan : en effet, Les Cahiers de la Pléiade, comme La NN.R.F., sont conçus par celui-ci comme un moyen privilégié pour ressouder une communauté littéraire éclatée et pour tenter de reconfigurer les hiérarchies qui structurent le champ littéraire. Nous proposons d’abord un récit chronologique de la renaissance de La NN R.F. dès 1953, en nous appuyant sur un important ensemble d’archives inédites. Nous abordons ensuite la question de la place du roman dans la revue : quel paysage romanesque la revue donne-t-elle à voir ? Est-elle à même de promouvoir de jeunes romanciers et de dessiner des directions au sein du champ littéraire des années 1950 ? On s’intéresse enfin aux réflexions théoriques de Paulhan sur la valeur littéraire. Nous examinons la position de Paulhan face à trois phénomènes décisifs qui modifient en profondeur la définition de cette valeur : la renégociation des rapports entre littérature légitime et non légitime, avec l’exemple de la défense de la littérature érotique ; la relève générationnelle ; le constat d’une crise du jugement critique. »

La soutenance sera suivie d’un pot, dans le cloître du 15 rue de l’École de Médecine. Voici ci joint le plan pour se rendre à la salle de soutenance :