Reprise du séminaire Autobiographie et Correspondances (20 novembre 2021)

Séminaire Autobiographie et Correspondances

Séance du 20 novembre 2021 (10h-13h)

ENS, 45 rue d’Ulm, Salle Beckett

Le passe sanitaire ne sera pas exigé, mais le port du masque sera obligatoire

————

Françoise Simonet-Tenant (Sorbonne-Université)

Présentation du site EcriSoi

Au début, il y a eu une publication papier que nous avons souhaité prolonger… Cette publication est le Dictionnaire de l’autobiographie. Écritures de soi de langue française, sous la direction de Françoise Simonet-Tenant, avec la collaboration de Michel Braud, Jean-Louis Jeannelle, Philippe Lejeune et Véronique Montémont, Paris, éditions Honoré Champion, 2017, 845 p. (rééd. « Champion Classiques », 2018, 845 p.) L’élaboration du site, commencée courant 2019, a été longue. Nous pourrions faire un article sur la genèse du site, ses heurs et malheurs. Il n’est pas facile de trouver la traduction technique d’un projet qui a plusieurs volets : à la fois, continuation du dictionnaire, base de données bibliographiques, espace critique qui accueille recensions d’ouvrages critiques sur les écritures de soi et entretiens avec spécialistes des écritures de soi, site éditorial… et il n’est pas toujours facile non plus de communiquer entre chercheurs et développeur. Seront présentées la conception initiale du site, les transformations successives, les difficultés techniques ainsi que les perspectives envisagées pour cette première version du site qui devrait être mise en ligne fin 2021.

Véronique Montémont (Université de Lorraine)

Les Carnets d’Albert Beugras (mémoires politiques)

À Fresnes, où il est incarcéré, il rédige sur une vingtaine de cahiers d’écolier numérotés à la suite ses mémoires politiques, retraçant par le détail ses activités au sein du PPF. Ce document a été confié par l’épouse d’Albert Beugras à leur dernière fille, Marie Chaix-Mathews, qui s’est appuyée sur ces carnets pour relater l’histoire de son père dans son roman d’inspiration autobiographique Les Lauriers du Lac de Constance (1974). Les cahiers, qui ont fait l’objet d’une dation, seront prochainement déposé à la Bibliothèque nationale de France ; les deux premiers cahiers, qui retracent la carrière d’Albert Beugras dans l’industrie chimique, son entrée en politique et reviennent sur la genèse de son engagement, ont été édités au format électronique et seront publiés sur le site Écrisoi.

Albert Beugras (1903-1963) est une figure discrète de la collaboration, mais qui joua en son temps un rôle prépondérant au sein du Parti Populaire Français (PPF). Chimiste chez Rhône-Poulenc, antibolchévique, il rejoint le parti de Doriot en 1936 : il est fasciné par celui qu’il appelle « le Chef » et séduit par son souhait de se rapprocher des classes populaires. Membre du bureau du parti, homme de confiance de Doriot, Albert Beugras, activement impliqué dans des activités collaborationnistes, le suivra jusqu’en Allemagne en août 1944, avant de se rendre aux Américains en 1945, ce qui lui évite de subir une épuration expéditive. Détenu en Allemagne, restitué à la France, sur sa volonté, en 1946, jugé en 1948, il est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité.